Comment mettre les pieds dans l’herbe plus souvent à le pouvoir de te transformer

Tu tournes ton problème dans tous les sens mais tu fais des tours de parking ?

Nous les occidentaux, nous approprions beaucoup trop de pouvoir à notre cerveau, notre conscience.

Nous avons croyance qu’en réfléchissant, comprenant, nous pouvons tout changer.

Dans une certaine mesure, c’est vrai.
Mais plus nous croyons cela, plus cela nous rend aveugle à un fait : notre cerveau a aussi des espaces inconscients, qui influent sur nos comportements et décisions.

A notre insu, donc.

Plus je mets toute ma confiance dans mon mental, plus je vais échouer à changer là où le véritable pilote, c’est mon inconscient.
‐——————————————–
Un exemple ?
‐——————————————–
Tu veux arrêter de crier sur tes enfants. Tu essaies de te convaincre que ce n’est pas bien pour eux, que ça leur fait du mal, que faire ça fait de toi une mauvaise mère ou un mauvais père. Mais tu as beau le savoir, il y a des fois où tu cries quand même sur eux, et tu n’arrives pas à faire autrement.

Un autre exemple :Ton partenaire de vie et toi, vous tombez souvent dans les mêmes conflits, et vous n’arrivez pas à vous empêcher de vous dire les mêmes choses blessantes, à chaque fois.
Tu sais que ça n’aboutit à rien de bon, peut-être même sais tu pourquoi tu es dans la répétition de ce mécanisme (ton enfance, ton karma….)

Des exemples comme ça j’en ai à la pelle, et sur toutes les dimensions de la vie (argent, santé, alimentation, sexualité, relations amicales, familiales, vie pro….). Moi-même j’ai vécu et je vis encore des situations de ce type où je n’arrive pas à faire autrement. Et j’ai longtemps cru que mon cerveau avait besoin de comprendre pour changer la donne.

Comprendre le pourquoi du comment.
Mais non, ça ne fonctionne pas comme ça.

Nous faisons une erreur fondamentale en attribuant tout pouvoir à notre mental.

D’ailleurs il est malin, parce que quand on a un comportement irrationnel, en général notre cerveau va trouver de bonnes raisons à posteriori pour justifier notre comportement logiquement.

Ou bien il nous fait fuir la situation, si bien qu’il ne la voit pas, qu’on zappe complètement notre relation de couple par exemple ensemble focalisant sur les enfants uniquement.

‐——————————————–
Alors quoi? Comment faire?
‐——————————————–

C’est la où les pieds dans l’herbe interviennent, pour deux raisons.

Tes ressentis sont une mine d’information sur ton cerveau inconscient.

Plus tu es connecté à ton corps, plus tu vas sentir tes réactions corporelles dans certaines situations, notamment celles qui te posent problème.

Par exemple, que ton plexus solaire est tout contracté, ou que tes épaules sont crispées. En étant juste dans la présence à ce qui est, il y a souvent des informations qui peuvent émerger de ton inconscient : images, mots, couleurs…. car oui l’inconscient aime les images, les métaphores.

Et quand les infos émergent de l’inconscient vers le conscient, il est beaucoup plus facile de reprendre son pouvoir sur soi et de transformer.

‐——————————————–

Par exemple, tu peux sentir que cette situation te met face à une peur que tu n’arrives même pas à regarder. Cette peur a du coup moins de pouvoir quand tu as pu la regarder, car tu la sens dans ta situation, et tu peux choisir de l’écouter ou non.

Dernièrement, j’ai proposé un exercice purement corporel à un groupe, alors qu’on travaillait sur la procrastination. De nouvelles informations ont émergé pour elles, juste en faisant l’exercice. Des informations qui leur ont permis de transformer leur rapport à la procrastination.

Ce soir, en n’arrivant pas à coucher mon petit qui ne voulait pas se coucher, j’ai clairement eu des infos par mon corps: quelquechose qui s’est noué dans mon ventre, puis en m’y connectant, des larmes qui sont arrivées. Comme j’ai travaillé dessus corporellement en coaching en début de semaine, je sais c’est c’est relié à une forte angoisse qui vient de ma tendre enfance, autour du sommeil et des pleurs. Elle est encore là, présente, à mon insu. Si je n’arrivais pas à être ferme avec mes enfants pour le coucher jusque là, c’est parce que j’ai cette protection inconsciente.

‐——————————————–

C’est en s’entraînant à être présent dans ton corps à chaque minute, heure, que ces changements peuvent se produire. En mettant tes pieds dans l’herbe en fermant les yeux, en sentant ta chaise sous tes fesses, en sentant les odeurs autour de toi, en écoutant avec tous tes sens… au quotidien.

Biensur, notre cerveau a tendance à faire tout le contraire : en cas de déstabilisation, de crise, nous voulons nous raccrocher à notre mental.
Comme une moule à son rocher.
Au lieu de lâcher, sentir et laisser place à une émotion par exemple.
Quand tu te juge, tu t’accroches à ton mental pour ne pas sentir.

‐——————————————–
C’est en partie pour ça que nous tournons en rond.
‐——————————————–

Sans aller jusqu’à débloquer tes situations difficiles (ça demande un peu d’entrainement, j’ai pour ma part plus de 300 heures à mon compteur)…

Tu t’es peut-être déjà rendu compte que c’est quand ton mental est plutôt au repos, et tes sens sont en pleine action que tu as les meilleures idées, prises de recul, prises de conscience.

Sport, méditation, séances en pleine nature… sont des espaces où, portés par l’activité, nous lâchons le mental et pouvons ouvrir la porte à autre chose.

Par exemple, c’est sous ma douche le matin, massée par l’eau chaude, les odeurs de savon, le son de l’eau qui ruisselle, et la vue limitée, en contact avec mes sensations, que j’ai des visions hyper claires qui me viennent pour mes défis du moment, sans réfléchir, sans mentaliser.

‐——————————————–
Pourquoi ?
‐——————————————–

Parce que en faisant cela je mets à l’œuvre plus de parts de mon cerveau qu’en étant juste assise à mon bureau à réfléchir avec mon mental. Toutes les autres parts peuvent travailler aussi.

‐——————————————–

Passer par le corps à un avantage encore plus puissant: rebrancher son instinct, son animalité, sa capacité à vivre du plaisir corporellement.

En sentant les brins d’herbe sur ma peau, je ressens un vrai plaisir d’être au contact des éléments : plantes, air, terre, soleil… je me reconnecte à un plaisir simple et animal: sentir et être dans le plaisir.

Qui m’appartient : peut-être que toi, ça ne te fait strictement rien, voire tu détestes.

Être dans le plaisir direct ça a l’air simple, mais en fait, ça ne l’est pas tant que ça.
Nous sommes nombreuses à porter des interdictions à être dans le plaisir. Des injonctions de souffrance, des « la vie c’est pas fait pour rigoler », qui nous manipulent à notre insu.

Facile pour toi de poser des choix au quotidien en fonction de ton plaisir uniquement? De t’autoriser à ce moment de plaisir brut sans culpabiliser ?

Je ne sais pas toi, mais moi j’ai dû tellement lâcher d’interdictions inconscientes… parce que être dans le plaisir peut être vu comme paresseux. Le regard d’autrui peut nous interdire. Organiser ses journées pour les kiffer, c’est pas super bien vu par beaucoup de gens, c’est louche….

Alors oui, c’est parfois difficile de lâcher et de juste être là avec les pieds dans la pelouse, juste parce que ça nous fait HYPER PLAISIR. De DANSER pieds nus dans la pelouse, encore plus ! 🙂

C’est pourtant en se laissant guider par nos sensations brutes, notre animalité intérieure, que nous pouvons contacter une nouvelle puissance, une nouvelle sécurité intérieure. Une sécurité qui repose sur soi, sur son socle, sa propre vibration, ses propres kiffs. Et qui peut faire émerger une nouvelle source d’énergie. Chose qui est complètement inaccessible pour le mental.

C’est le travail que je fais moi-même en ce moment, et que je propose à mes clientes en coaching quand c’est approprié, et les résultats sont très surprenants en terme d’énergie au quotidien.

Les mots de mes clientes en fin de parcours d’accompagnement (3 mois):

 » plus assurée, la peur prend beaucoup moins de place »

« j’ai été surprise par mes capacités »

 » je repars avec de la PUISSANCE et beaucoup de gratitude, on a fait du bon boulot »

Et toi, oseras tu faire l’expérience de sentir plus souvent? De contacter de nouvelles sensations en restant présente ? D’oser suivre tes kiffs sensoriels et d’en parsemer ta journée ?

😉

Raconte-moi en dessous !

—————————————

Tu veux arrêter de faire des tours de parking et oser ta puissance ?

Parfois, un bon coup de pouce permet de gagner beaucoup de temps ! Le ressenti corporel est un outil à part entière dans mes accompagnements, et il libère beaucoup de choses. Accompagnée avec ces outils spécifiques que je développe, tu peux aller beaucoup plus loin et plus vite.

J’ai ouvert trois places de coaching sur 3 mois actuellement, il m’en reste deux. Je te mets les liens en commentaire si tu veux en savoir plus.

A bientôt !

😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :