Voir ses zones d’ombre

Depuis 2 jours je suis en train de mettre à jour une zone d’ombre chez moi.

Une zone d’ombre c’est quoi ?

Une zone d’ombre c’est quelquechose que tu ne vois pas, par définition. C’est une protection, un filtre de la réalité qui t’a soutenu jusque là.

Par exemple, dans ton histoire on t’a raconté que toi au naturel, c’était mal. Que tu n’étais pas bien comme tu étais. Qu’il te fallait te forcer à être plus sage, plus calme. Ton système a préféré croire que c’était vrai que remettre en cause tes parents, qui ressentaient de l’insécurité face à ton innocence et ton énergie débordante d’enfant.

Ou bien tu as hérité ça de tes aïeules. Ta grand-mère a vécu quelquechose de très douloureux alors qu’elle était elle-même. Elle a enregistré inconsciemment pour toujours que c’était dangereux. Et ce genre de protection se transmet de parent à enfant, tant que la protection n’a pas été vue et remise à sa place.

Ou peut-être est-ce une aïeule plus loin dans ta lignée, qui a été brûlée vive parce que trop indépendante. Nous portons encore genre de trace, nous les femmes.

Tu ne sais pas pourquoi, et tu ne le vois pas. Tu ne peux pas être vraiment toi. Ton système te protège et pour lui c’est dangereux.

La plupart des gens te diront qu’ils n’en ont pas, de zone d’ombre. Et encore plus dans le milieu du développement personnel, ou de la thérapie.

Moi? Tu rigoles, avec tout ce que j’ai bossé sur moi ! Ha ha ha ! Non, c’est bon, moi mes zones d’ombre, j’en ai plus.

Lol.

Je me raconte ça, parfois.

Ben oui, ça fait 15 ans que je bosse sur moi, de thérapies en stages, et de stages en formations, de formations en lectures, et de lectures en coachings. C’est facile de croire que c’est bon, tu as tout vu.

Avec le mal que tu t’es donné, avec tout ce que tu as traversé. Avec tout ce que tu as construit. Quand même !

Et ça fait quand même mal au cul de constater que tu ne sais rien de toi, intimement. Malgré tout ça. Vraiment. Donc tu ignores une partie de toi.Oui.

Bah oui, le principe de la zone d’ombre, c’est que tu ne la vois pas chez toi. Donc forcément, tu ne les vois pas, quoi que tu aies déjà fait, et surtout si tu as beaucoup fait.

Donc plus tu as fait, et plus tu te leurres, potentiellement.

Aujourd’hui, j’ai vu une zone d’ombre, en stage.Une putain de zone d’ombre. Mais du genre : énorme. Du genre à se prendre la tête dans les mains en se demandant : « mais comment j’ai pu ne jamais voir ça ?

« Eh oui. Une vraie zone d’ombre. Comme si j’avais posé mes lunettes colorées en rouge et vu d’un seul coup le monde avec ses vraies couleurs.

Au début, t’y crois pas.

Forcement, t’as toujours vu le monde en rouge. Mais nan, c’est quoi ces conneries de vert partout ???

Ca fait mal, et ça fait deux jours que j’ai mal. Et aujourd’hui j’ai pu en sortir en révélant ma zone d’ombre.

J’ai vu que je ne me regardais jamais vraiment. J’ai vu que je ne pouvais pas. Trop difficile.

Parce que vendredi, dans le cadre d’un atelier Méta avec ma Méta-coach, j’ai dû me regarder 1h durant, dans tous les détails, dans un miroir.1h…. l’as tu déjà fait ? Sans détourner les yeux ?

Franchement, c’est une expérience saisissante. Pas une photo avec des filtres, non, ou une photo de photographe. Le miroir, juste toi avec toi, en train d’observer ta peau, son grain, toutes les couleurs de tes yeux, la forme de ton visage et comment il se reflète.

Avec tout ton temps pour le faire. Ton image crue.

Merveilleux miroir de ton rapport de toi à toi…
Ca a été dur pour moi. J’en ai pleuré.

Je me racontais beaucoup de choses, mais j’esquivais la réalité, pour de vrai.

Je ne me regardais jamais attentivement dans le miroir, pour ne pas me voir. Pour ne pas me voir. Parce que je me trouvais horrible quand je le faisais.

Aujourd’hui, en stage, j’ai vu que je ne pouvais pas me voir, parce que mon système croyait que se regarder pour de vrai, s’aimer, c’est être égocentrique. C’était oublier les autres. C’est une croyance inconsciente donc elle n’a rien de logique.

Ça se traduisait par l’image détestable de moi dans le miroir. Une déformation de mon regard. Comme les lunettes rouges, une sorte de filtre déformant l’image. Une vraie protection bien comme il faut. Une zone d’ombre.

Et tu vois, il y avait de l’amour dans cette zone d’ombre. De l’amour pour les autres.

Depuis, je réapprends à me regarder avec amour. Je fais des petits pas pour me regarder, et aimer ce que je vois. Et c’est plus facile. J’arrive à regarder certaines parties de mon corps avec de la tendresse, là où avant je séchais complètement, où je ne voyais que du moche.

Parce que j’ai mis ma zone d’ombre à jour. Oh, je ne dis pas, ça ne va pas changer du tout au tout en une heure ou même un jour. Il va falloir un peu de temps, et de poser et reposer le choix de faire ces petits pas régulièrement.

Voir ne suffit pas, si tu ne poses pas des choix clairs et répétés derrière. Jamais. Parole de coach.

Mais sans voir la zone d’ombre, j’en serais toujours au même point.

Comment on détecte ses zones d’ombre ?

La vie te tend des occasions de les regarder. Souvent, c’est des moments où tu ne te sens pas bien, où tu vis de l’intensité. Comme moi devant ce miroir.

Comme des portes, que tu peux ouvrir, ou laisser fermées.

Tu as le choix.

Pour ma part, j’ai choisi de les ouvrir, et pour ça de me faire accompagner. Parce que je sais d’expérience que la liberté qui arrive derrière, elle n’a pas de prix. Depuis que j’ouvre ces portes, je suis sortie de ma prison dorée, et ma vie a un goût bien plus intense et magique.

Et ce travail, je ne le fais pas uniquement pour moi.

C’est aussi pour mes enfants. Tu vois, mon grand, j’ai eu beau lui dire combien il est beau depuis sa naissance (c’est vrai !), devine quoi ? Il se trouve horrible. Alors qu’il est un magnifique jeune homme. Comme moi, avant de voir ma zone d’ombre. Nos enfants héritent de nos zones d’ombre, quoi qu’on leur dise consciemment. Quelles que soient nos paroles. En les mettant à jour pour nous, nous les en libérons.

Ce travail, je le fais aussi pour mes clientes, pour les gens que j’accompagne. Parce que les zones d’ombre du coach ou du thérapeute limitent la transformation du client. Toujours.

Eh oui, je ne peux pas t’aider à mettre à jour ta zone d’ombre si j’ai la même. C’est pour ça que je me fais accompagner sur mes zones d’ombre à moi dans la vie, et en supervision (même double en ce moment). Double (triple!) effet kiss cool pour ne pas te freiner dans ta transformation.

Mais surtout : Je te souhaite une belle rencontre avec tes zones d’ombre. C’est toujours très émouvant, de découvrir une partie de soi qu’on avait complètement occultée. Carrément flippant au debut, et carrément kiffant ensuite. Ça vaut le coup !

Je sais pas si j’ai été claire, n’hésite pas si tu as des questions, en commentaire. Et si tu as besoin d’être accompagnée par une professionnelle pour ouvrir ta porte en toute sécurité et retrouver de la puissance et de la liberté, envoie moi un message pour en parler.

With love,
Flore

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :